Réfugiés syriens en France : le Silence jusque dans nos mosquées

Chers Imams, chers Recteurs de mosquées de France, un appel fraternel vient d’être lancé dans les réseaux sociaux. Il concerne la situation d’une famille syrienne à peine arrivée sur le territoire français. Malheureusement cette famille de six personnes, dont deux personnes âgées,  n’a pas trouvé  qui puisse  les héberger sur Paris et en région parisienne. Tous restent  dehors dans le froid. Que va –t-il leur arriver ?  Comment les deux personnes âgées vont-elles endurer cela ? 

1.equipement-restauration-mosquee-1

Je ne  cherche en aucun cas  à vous fustiger de la meilleure encre. J’ai un profond respect pour votre science approfondie et éclairée. J’admire votre courage à maintenir la religion musulmane en terre d’accueil et me disposerai moralement à ne pas franchir une certaine « ligne rouge ». Les baux emphytéotiques, les contributions d’élus-députés parlementaires, de grandes entreprises françaises,  les campagnes électorales des maires, les recrutements chaperonnés  par le Ministère de l’Intérieur, les réceptions mondaines de chefs d’Etat cætera ; toutes ces choses hermétiques auxquelles je n’entends rien ne me hantent pas l’esprit au moment où je vous écris. Ce qui m’interpelle cependant est de comprendre comment garder la conscience tranquille quand les portes des mosquées restent fermées aux réfugiés ?!  Ne vous êtes-vous jamais interrogés sur le sort dramatique de musulmans fuyant leurs habitations bombardées quotidiennement par un régime génocidaire ? N’y a-t-il rien qui résonne dans vos cœurs lorsque vous pensez aux horreurs qu’ils ont vues et subies ? Ou bien est-ce trop politisé pour vous trouver le courage d’agir ? Pourquoi n’existent-ils pas d’habitations rattachées aux mosquées mises à disposition pour les plus nécessiteux comme on en trouve en Angleterre? Quelle est cette raison qui vous plonge dans un coma profond lorsqu’il s’agit d’aider les  réfugiés syriens en France ?  Quelle signification donner à un manque de responsabilité? D’un côté la communauté musulmane de France dans sa majorité se dépense corps et âmes pour la construction de mosquées, sacrifie chaque mois une petite part de son salaire ou de sa retraite pour satisfaire vos appels à   édifier la maison de Dieu. Et elle ne fait pas que cela. Elle contribue  régulièrement aux campagnes de dons pour différentes causes. Oui la communauté musulmane en France ne reste pas inactive. D’un autre côté, la crise du logement, le chômage sévissent de plein fouet la société française : les classes populaires et les classes moyennes sont à bout de souffle ! Pourquoi donc ce silence insupportable jusque dans nos mosquées ?

7765218883_nicolas-sarkozy-a-dejeune-a-la-grande-mosquee-de-paris-avec-le-recteur-dalil-boubakeur-photo-sarkozy-le-7-octobre-2013

 Une famille syrienne (6 personnes dont 2 personnes âgées) d’un de mes amis est récemment arrivée en France, ils n’ont pas trouvé de refuge pour le moment et errent dehors en attendant. Qui aurait un plan d’hébergement à proposer ? Barakallahou fikom. N.N. »

Hier nos parents quittaient leur pays d’origine pour la France avec  le peu d’affaires qu’ils avaient pu rassembler dans la hâte,  la résignation et un semblant de soulagement. En route vers l’inconnue, ils étaient inquiets de laisser leur histoire passée derrière eux. Ils ressentaient la peur de perdre ce qu’ils avaient de précieux, comme s’ils se perdaient en chemin ; ils craignaient d’abandonner les valeurs auxquelles ils étaient attachés.   Un déchirement au cœur, des larmes retenues par pudeur, ils allaient affronter un monde hostile cependant possible à supporter car ils avaient leur  intelligence et leur gentillesse pour braver les obstacles les plus durs. Comment allaient – ils résister au froid, à la faim,  à la solitude ? Dieu merci, ils n’étaient pas seuls. De la famille, des amis et  des connaissances de la famille bien établis dans leurs  demeures de fortune, parfois de généreux habitants voisins de leur famille,  leur facilitaient  une douloureuse arrivée et comblaient  l’absence. A eux tous ils pouvaient raconter les moments partagés avec des êtres aimés, le bruit des rues de quartiers, la chaleur des places bondées, les fêtes, les mariages, les soirées à se réunir autour d’un bon repas et chanter. Puis vinrent les préoccupations quotidiennes : inscrire les enfants à l’école, trouver du travail pour bien les habiller,  éviter surtout d’ajouter à leur peine un sentiment de honte, les soustraire  au  repli ; trouver un logement, continuer à construire leur vie. L’exil, cette ghorba amère comme il le nommait, ils devaient s’en accommoder et avancer. Pour cela nous leur en seront toujours reconnaissants. Ils sont et resteront notre fierté.

Aujourd’hui les réfugiés syriens n’ont pas eu le même destin que nos parents, ni la même chance. Ils ne leur reste que des ruines, des souvenirs de proches massacrés. Ils ont aussi matériellement tout perdu. Ils ont gardé la foi.  Fatigués par leur long voyage ils ont besoin que vous leur ouvriez les portes de vos mosquées pour un temps déterminé. Imams et Recteurs de France qui avez vu des vagues d’immigrations du Maghreb et du Machrek  construire un idéal religieux dans l’édifice des mosquées que vous occupez et dirigez je vous lance de  toute mes forces cet appel à l’aide fraternel avec la conviction qu’il n’irait point en  mer rejoindre seul les sirènes….et vous n’aimez pas  les voix des sirènes bien qu’elles conservent dans leur timbre des silences.

995540_10151748741822256_1997574900_n

Lilia Marsali

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s