La communauté gay en Syrie : les seuls oubliés du conflit syrien?

Human rights are my pride

Sans vouloir minimiser le rôle premier de l’article de James Longman paru le 28 octobre 2014 sur BBC News Middle East ni la portée de ce qui est relaté, je souhaiterais de ma petite voix ignorante m’élever tout de même contre une indifférence insupportable des médias européens (la BBC en l’espèce) qui vient se nicher avec habilité dans cette espèce de stratégie paternaliste et maladroite de fabrication d’information destinée à renforcer l’aspect soit disant “laïc” du dictateur Bachar Al Assad, le présentant implicitement comme un moindre mal, le tout en semant doutes et confusions autour du conflit syrien et du sort des réfugiés syriens au Liban et ailleurs.

1907914_856097574415157_3270685992390075612_n

Alors de quoi s’agit-il? Il est rapporté l’histoire de Jawad un jeune syrien gay arrêté sous requête de son père avant la révolution. Implicitement on comprend que le père est musulman et qu’une loi l’autorise à emprisonner son fils parce qu’il est homosexuel. Jawad a donc été emprisonné pendant cinq ans. A sa sortie de prison il sera kidnappé et abusé sexuellement par un groupe armé. C’est ainsi qu’il fera ses premiers pas dans le conflit syrien. A présent Jawad se prostitue au Liban où il a trouvé refuge; c’est comme il le dit “sa récompense de la révolution syrienne”, qu’il “n’avait que (son) corps à vendre”. Il retrouve d’autres réfugiés gays et lesbiennes au Liban où ils subissent de plein fouet des discriminations parce qu’ ils sont syriens.

Son histoire très centrée sur sa condition d’homosexuel ne nous dit rien d’autre que sa souffrance. Son histoire telle qu’elle est rapportée ne nous dit rien sur ceux qui l’ont emprisonné encore moins sur ce qu’il subissait en prison, rien non plus sur ce groupe armé. Nous ne savons absolument rien! Nous retiendrons seulement que sa famille l’avait rejeté avant et après la révolution. On subodorera subjectivement alors par analogie, dans un respect imposé de cette chronologie des faits médiatisés jusqu’à présent, que son kidnapping aurait peut-être un rapport avec les groupes jihadistes de Da’ech ou bien avec les islamistes dits “modérés”de l’Armée  Syrienne Libre? Etrangement son histoire va quitter la Syrie comme Jawad l’a fuit pour traverser le Moyen Orient dans le but d’ introduire la condition des homosexuels en Egypte et en Tunisie. Une histoire comme nous pouvons le constater qui surgit à un moment important de l’histoire des révolutions arabes.

Soudainement James Longman nous offre un bref cours d’histoire comparée sur l’homosexualité au Moyen Orient et en Europe au 19è et au 20è siècles. Il se trouve que les homosexuels étaient à l’abri au Moyen Orient où ils y étaient acceptés contrairement en Europe où ils y étaient décapités. Curieusement en période de colonialisme les lois homophobes et les pratiques coercitives et punitives ont été “transportées” en terres orientales colonisées. Si l’on suit la logique de James Longman, l’Europe s’est débarrassée de son homophobie pour la “léguer” dans la contrainte au Moyen Orient.

Et là les questions fusent.

Puisque l’article tendait à dénoncer la condition des homosexuels au Moyen Orient en terrain de conflit, en Syrie plus particulièrement, pourquoi introduire cette pointe paternaliste qui montre du doigt l’ancien colonisateur tout en faisant abstraction des implications de l’ancien colonisé : la dynastie sanguinaire syrienne des Assad ? Pourquoi rendre invisible un fait connu de tous : la barbarie de Bachar al Assad, en usant de l’histoire des Gays au Moyen Orient d’une manière fort irrespectueuse dans la forme? Certes James Longman a souhaité extraire son sujet de sa nationalité pour n’en garder que sa condition universelle d'”être” homosexuel. Ce qui est une erreur d’appréciation du conflit syrien chez certains laïcs car l’extraction éloigne le sujet de chaque composante qui fait cette exception universelle syrienne dans cette révolution tant rappelée par nos orientalistes laïcs pro révolution syrienne. En voulant éviter de tomber dans l’islamophobie James Longman tombe sans trop se forcer dans le piège du régime syrien : rendre ce génocide du peuple syrien légitime et remettre à l’ordre du jour et au goût de certains intellectuels occidentaux ou occidentalisés cette laïcité “made in Assad” qui en séduisit plus d’un jadis, en plus de ceux qui passent sur France Culture : les anti – islamistes, anti – voiles, anti – musulmans, cet ensemble gloubiboulga qui se délectent habituellement d’une victoire de partis politiques autoritaires au Maghreb et au Machrek par exemple.

S’il est certain que les réfugiés homosexuels syriens se trouvent dans une situation qui les oppriment, où les viols, les attaques physiques, les discriminations, le désespoir et l’abandon de leurs familles sont leur quotidien il est fort regrettable de les soustraire au même enfer que subissent les femmes , les enfants et les hommes hétérosexuels syriens. Aussi James Longman aurait du questionner Jawad sur ses cinq années passées en prison dans les geôles d’Assad pour s’apercevoir rapidement que le régime syrien en plus de ses lois homophobes, génocide tout le monde et que Bachar al Assad sait user des divisions pour faire oublier qu’il n’est pas un Président laïc et encore moins un démocrate.

Faut-il par la même occasion rappeler que tout le monde a oublié les syriens, ceux restés en Syrie, ceux réfugiés ailleurs, qu’ils soient musulmans, chrétiens, juifs, druzes, kurdes, homosexuels, handicapés…

10420433_739539152788120_2034106232553023626_n

Le monde a abandonné le peuple syrien!

Lilia Marsali

Advertisements

One thought on “La communauté gay en Syrie : les seuls oubliés du conflit syrien?

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s